Inès et Christophe ce battent pour récupérer leurs enfants en famille d’accueil.

A La Pommeraye, Inès et Christophe sont parents de quatre enfants placés en famille d’accueil ou en foyer. Aidés par l’association Thermouthis, ils viennent de récupérer leur aîné Valentin, temporairement.

ils se battent pour leurs enfants placés

Sur le papier, la situation peut paraître absurde. Elle amène aujourd’hui Inès Cario et Christophe Bouteille, couple de La Pommeraye, à s’opposer à l’Aide sociale à l’enfance, service dépendant du Conseil départemental. Leurs quatre enfants leur ont été retirés il y a deux ans et sont depuis placés dans des familles d’accueil, ou en foyer. Mais cette situation menace aujourd’hui l’avenir professionnel de Valentin, l’aîné. Placé dans une famille à Saumur, l’adolescent, 16 ans, a trouvé un stage dans une entreprise de couverture, à Jallais. Problème : « Il n’avait aucune solution d’hébergement. Son patron ne pouvait pas le loger,dit Inès. Un jour, il est arrivé très en retard au travail. Il a attendu deux heures sur un parking de Doué-la-Fontaine qu’un taxi réservé aux jeunes placés l’emmène à Jallais. »Le jeune homme a donc perdu son stage. Inès, conductrice de car scolaire, et Christophe, brocanteur, habitent à 20 km de là et voulaient donc pouvoir loger leur fils, ce que leur refusaient les services départementaux. « Ils ont été jusqu’à lui proposer un hébergement à l’hôtel, alors qu’il n’a que 16 ans, s’insurge Sylvie Moreau, qui milite au sein de l’association Thermoutis pour aider les familles d’enfants placés. Il a envie de travailler et veut revenir chez ses parents. Mais les jeunes ne sont pas écoutés. » Jusqu’au vendredi 12 juillet. Car grâce à l’appui de l’association, Valentin, qui a entre-temps trouvé un autre patron, a été temporairement autorisé à loger chez ses parents, le temps du stage.

« Valentin veut revenir chez ses parents. Mais les jeunes ne sont pas écoutés »

Sylvie Moreau, vice-présidente de Thermouthis

Le jeune garçon vit mal son placement d’une famille à l’autre. « Valentin m’a dit : je ne suis pas un objet. » Au-delà du cas de Valentin, Inès et Christophe voudraient récupérer la garde de tous leurs enfants. Léa, 15 ans, et Océane, 12 ans, sont placées ensemble dans une autre famille d’accueil, à Cholet. Mathéo, 4 ans, est quant à lui en foyer d’accueil. La raison ? « On nous a dit qu’ils vivaient dans un climat violent et insécurisant. Mais sans preuve,assure Inès. Ils sont venus à huit gendarmes pour prendre Mathéo. C’est très violent. Ils n’ont pas été à l’école pendant deux mois. » Les enfants avaient déjà été placés quelques années plus tôt en Loire-Atlantique, où ils habitaient il y a trois ans. « La sanction avait été levée et on devait nous contrôler chaque semaine. Mais ils ne sont venus que trois fois en six mois, dit la mère. Notre parole n’est pas écoutée. »

Pour Sylvie Moreau, « les services fonctionnent beaucoup par suspicion. Très souvent les rapports sont à charge. » Dans le cas du couple, « il s’agit d’un placement abusif », assure-t-elle. « Beaucoup de jeunes placés se retrouvent à la rue. Justement parce qu’ils n’ont pas de boulot, pas de foyer », dit Christophe, le père. Les parents espèrent aujourd’hui obtenir la garde permanente de Valentin. Une nouvelle audience aura lieu en septembre.

À savoir

40 familles aidées

L’association Thermouthis existe officiellement depuis septembre 2018. « Nous essayons de faire changer les pratiques des services départementaux, dit Sylvie Moreau. Les parents ont le droit d’être accompagnés. C’est la loi. Ce droit doit être respecté. »L’association, forte d’une vingtaine de bénévoles, dont trois actifs sur le terrain, suit une quarantaine de familles dans le département, soit environ 150 enfants concernés. Une vingtaine de familles habitent les Mauges et le Choletais. Inès se sent davantage soutenue.« Depuis que l’association nous suit, les services nous prennent de moins haut. Nous arrivons à mieux dialoguer. »

L’association est régulièrement présente le samedi, à 9 h 30, à côté de la mairie, rue Travot, boulevard Delhumeau-Plessis, pour une mobilisation sur les parents d’enfants placés. Samedi dernier, Valentin, lui aussi, était là.

Thermouthis : Sylvie Moreau, vice-président : tél. 06 07 85 27 51

Email: thermouthis.dru-linum@orange.fr

Source ICI

A propos alautis

Associations
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Inès et Christophe ce battent pour récupérer leurs enfants en famille d’accueil.

  1. Legras dit :

    Moi je suis une maman de 5 enfants qui sont placés dans des familles d’accueille
    Je voudrais les récupérer très vite, parce que je vais déménager sur Neuvy en Mauges et j ai pas de voiture pour faire les visites pour mes enfants, il faudrait bien qu il mes le redonne, comme ca fais très loin .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s