Une assistante maternelle (nounou) jugée pour la mort d’un bébé de onze mois à Marcq-en-Barœul sur des faits de 2012

Le procès d’une assistante maternelle de 55 ans s’ouvre ce jeudi à Douai devant la cour d’assises du Nord. Sabine L. est accusée de violences volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, le 17 janvier 2012 à Marcq-en-Barœul. La victime est une fillette de onze mois, décédée du syndrome du bébé secoué.

Les juges qui ont instruit le dossier ont considéré qu’il y avait suffisamment d’éléments pour renvoyer Sabine L. devant la cour d’assises. PHOTO JOHAN BEN AZZOUZ

Le 17 janvier 2012, un jeune père est appelé à son travail. Sa fillette de onze mois est aux urgences pédiatriques de l’hôpital Jeanne-de-Flandre à Lille, victime d’un grave malaise. Un signalement au parquet sera fait le lendemain par les médecins. Car le bébé présente des signes de maltraitance. L’enfant ne se réveillera pas. Les lésions décelées sont typiques du syndrome du bébé secoué.

La responsabilité des parents et de la famille proche sera immédiatement écartée. Les enquêteurs s’intéressent davantage aux déclarations de l’assistante maternelle qui a appelé le médecin généraliste puis les secours en découvrant, dira-t-elle, le bébé inanimé après la sieste. Elle dira aussi l’avoir entendu pleurer mais avoir tardé à aller dans la chambre car elle s’occupait d’un autre enfant. Ce jour-là, Sabine L. avait quatre enfants sous sa responsabilité. Elle admettra avoir secoué l’enfant, mais elle minimisera sa responsabilité en attribuant son geste à la panique quand elle a vu l’enfant sans connaissance. Sabine L. était l’assistante maternelle de la fillette depuis le mois de juillet 2011.

Les juges qui ont instruit le dossier ont considéré qu’il y avait suffisamment d’éléments pour renvoyer Sabine L. devant la cour d’assises. L’assistante maternelle n’a jamais été incarcérée et a été placée sous contrôle judiciaire dès le début de l’enquête. Sabine L. avait obtenu son agrément en 2000. Les témoignages de parents lui ayant confié leur enfant sont contrastés. Nombreux ont évoqué sa rudesse, sa façon de parler fort et des gestes brusques. D’autres au contraire lui ont gardé leur soutien. Le verdict est attendu lundi 12 février au soir.

Publicités

A propos alautis

vice président Association
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s