AUTISME: La galère continu pour Rachel et ses 3 enfants placés abusivement !

Le placement viens d’être renouvelé pour la troisième année consécutive par un jugement du tribunal de Grenoble. C’est une affaire «ubuesque» qui dure depuis plus de deux ans. Début juillet, le placement des trois enfants de Rachel, âgés de 11, 8 et 6 ans.

Image de Rachel, la mère des enfants autistes, extraite d'un film de soutien.

Depuis l’été 2015, l’histoire de cette jeune mère de famille est devenue un symbole d’une véritable «violence institutionnelle» et d’une incompréhension totale entre les familles d’enfants autistes et les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), l’ancienne DDASS.

«Le drame de Rachel est emblématique de ce que subissent des centaines de familles avec autisme. En France, demander un diagnostic d’autisme peut valoir un signalement»

La pétition

Dans une pétition mise en ligne fin juillet, 196 associations, dont la puissante Unapei, Autisme France ou encore la Fnath, dénoncent une situation de «placement abusif» des enfants de Rachel. Aujourd’hui forte de 35.000 signatures, elle doit être remise au président de la République. «Le drame de Rachel est emblématique de ce que subissent des centaines de familles avec autisme. En France, demander un diagnostic d’autisme peut valoir un signalement, surtout aux mères seules: cette violence frappe des centaines de familles, accuse la pétition. Beaucoup de services de l’Aide sociale à l’enfance voient dans ces mères des femmes perverses dont il faut éloigner les enfants: de nombreux juges des enfants suivent aveuglément les délires de ces services.» Les signataires de ce texte virulent réclament notamment une délocalisation de l’affaire et «le respect des droits des enfants privés de leur mère». C’est en juillet 2015 que Rachel s’est vu retirer ses trois jeunes enfants. Il était alors reproché à cette maman divorcée une «recherche effrénée auprès des professionnels de la confirmation du diagnostic d’autisme». Le jugement se fondait sur une expertise psychiatrique réalisée par une pédopsychiatre qui concluait à l’absence de troubles autistiques des enfants et à un syndrome de Münchhausen par procuration pour Rachel. Soit l’invention par cette dernière de problèmes médicaux pour sa fille et ses deux fils.

«Une méconnaissance de ce handicap»

Depuis, les Centres de ressources autisme de Lyon et Grenoble ont diagnostiqué les deux aînés autistes tandis que des signes d’hyperactivité avec troubles de l’attention ont été décelés chez le plus jeune. Malgré ces nouveaux éléments, le placement a été confirmé par la cour d’appel début 2016, afin de protéger les enfants «de la représentation invalidante et alarmiste» de leur mère, et renouvelé en juin de la même année.

Cet été, Me Janois, l’avocate de Rachel, avait bon espoir d’obtenir le retour à la maison de la fratrie. Notamment grâce au rapport des travailleurs sociaux témoignant du comportement approprié de Rachel avec ses enfants lors des rencontres bimensuelles organisées entre eux. Las, le 7 juillet, le placement est prolongé au motif que Rachel majore les handicaps de ses enfants et que ces derniers peuvent «modifier leurs positionnements en fonction de ce qu’elle attend», selon le jugement consulté par Le Figaro.

«Il y a un vrai problème culturel sur la définition de l’autisme et une méconnaissance de ce handicap par les professionnels de l’enfance», se désole Me Janois.

Au conseil départemental de l’Isère, en charge de l’Aide sociale à l’enfance, on relève que «l’ordonnance de placement du juge s’impose au département» et que ce dernier «adapterait ses modalités d’accompagnement» si une nouvelle décision était prise.

«Nous travaillons avec les services de l’ASE pour éviter des situations telles que celle de Rachel», indique pour sa part Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. Beaucoup de professionnels méconnaissent ce handicap. Cela sera un des axes de travail du nouveau plan autisme.»

La Pétition:

https://www.change.org/p/placement-abusif-justice-pour-rach…

Source Le Figaro:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/08/07/01016-20170807ARTFIG00235-autisme-petition-pour-des-enfants-places.php

 

Publicités

A propos alautis

vice président Association
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s