Pourquoi séparer un enfant de sa famille bienveillante ??

C’est pourtant ce qui c’est produit, la mère était suspecté de maltraitance, pourquoi ne pas privilégier le père ou la famille proche de l’enfant.

C’est à cause de cela qu’il se produit parfois des extrêmes regrettable, mais compréhensible.  

tribunal NANTE

Voici l’histoire relaté par ouest France:

Séparés de leur fille, confiée à l’Aide sociale à l’enfance, des parents ont décidé de l’enlever. Ils ont été jugés, mercredi 14 juin, par le tribunal correctionnel de Rennes, pour avoir mis leur plan à exécution.

« Ils m’ont arraché ma fille depuis 2015, comme si elle n’avait pas de famille », s’exclame un homme à la barre du tribunal correctionnel de Rennes, où il comparaissait, mercredi 14 juin 2017, avec son ex-compagne, pour avoir enlevé sa fille de 8 ans, confiée à l’Aide sociale à l’enfance.

Père de deux enfants et séparé de leur mère depuis 2014, l’homme a perdu la garde de sa fille, remis aux services sociaux suite à une suspicion de maltraitance commise par la mère. Ne comprenant pas cette décision, qu’il estime s’appliquer uniquement à son ex-compagne, il s’est battu pour récupérer son enfant. En vain.

L’assistante sociale enfermée

Au bord du gouffre, les deux parents s’associent finalement pour enlever l’enfant, à l’occasion d’une visite au domicile du père, à Rennes. Ils mettent ce plan à exécution le 14 mars.

Pendant que l’un enfermait l’assistante sociale qui accompagnait la petite, l’autre était chargée de dissimuler celle-ci chez sa marraine, qui comparaît également devant le tribunal pour complicité de soustraction d’enfant.

Le père dispensé de peine

C’est finalement le père qui s’est livré au commissariat de police pour indiquer où se trouvait l’enfant. Il a expliqué avoir voulu « tout faire exploser auprès de la presse ».

« En quoi cet enlèvement pourrait convaincre un juge des enfants de vous confier votre fille, demande le président du tribunal au prévenu. Vous n’avez pas l’impression d’avoir fait tomber tous vos efforts ? » « C’est la seule idée qui m’est venue en tête. J’ai même perdu mon deuxième enfant, qui a été placé suite à cette histoire. Je ne sais plus quoi faire », lui répond le prévenu qui s’effondre sur la barre du tribunal.

À ses côtés, son ex-compagne, les larmes aux yeux, montre une vidéo de sa fille sur son téléphone, confiant que c’est la raison de son acte. « Ma vie est fichue. Mettez-moi en prison et jetez la clef », s’écrie-t-elle. Mais, le tribunal relève qu’elle n’a pas exercé son droit de visite durant un an.

Des peines de jours-amendes ont été requises à l’encontre des parents et quinze jours de prison avec sursis à l’encontre de la marraine de l’enfant.

« L’avenir pour lui c’est de pouvoir s’occuper de ses enfants. Une dispense de peine pourrait l’aider dans cette voie », plaide Me Josse, avocate du père.

Finalement, le tribunal a fait droit à cette demande de dispense de peine pour le père et condamné la mère à deux mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve et la marraine à deux mois de prison avec sursis.

 

Publicités

A propos alautis

vice président Association
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s