Les parents de Louna innocentés, attaquent les experts qui les ont privés de leur fille.

Ils assignes les experts devant le tribunal, car une erreur de diagnostic les a privés de leur fille pendant trois ans

Louna et ses parents

C’est meurtrie par l’absence de ses parents à cause de mauvaises expertises, que Louna essai de se construire, pas sans difficulté.

Souvenez vous de leur histoire https://sosparentsabusesfrance.wordpress.com/2016/02/26/dossier-medical-de-louna-lase-aurait-cache-aurait-cache-des-poussees-de-pathologies-pendant-le-placement-abusif/ 

L’INJUSTICE

Yoan et Sabrina accusés à tort de maltraitance sur leur fille Louna qui leur avait été retirée pendant trois ans et demi,  et blanchis par la justice, ont décidés de se retourner contre les trois experts qui ont brisé leur vie. En les assignant devant les tribunaux.

LE CHOC

Yoan et Sabrina se souviennent lorsque la police débarque chez eux, «Nous avons été traités comme des criminels. On a passé quarante-huit heures en garde à vue. Lorsqu’on nous a amenés au parquet de Nancy, on a traversé le tribunal menottés, devant tout le monde. Nous étions déjà des coupables», se rappelle Sabrina.

LE COMBAT

«Ce sont eux qui sont à l’origine de notre calvaire. Il va falloir qu’ils reconnaissent leurs erreurs devant les tribunaux, qu’ils expliquent pourquoi ils n’ont pas fait de prise de sang sur Louna, ce qui aurait permis de détecter sa maladie. Dire aussi pourquoi ils n’ont pas tenu compte de la pathologie dont souffrait Sabrina pour comprendre ce qui arrivait à Louna. D’autant plus que l’un d’eux connaissait parfaitement cette maladie orpheline», explique Yoan. «Ces experts sont responsables. Même s’il est impossible de réparer notre préjudice, si on obtient de l’argent, on l’investira dans la création d’une association dont le but sera d’aider d’autres parents qui ont des enfants souffrant de maladies rares. Afin que personne ne vive à nouveau le même cauchemar», conclut Sabrina.

source: ici

Pleine de vie, Louna profite du moindre instant avec sa famille qu’elle vient de retrouver. Ses parents n’ont pu la voir qu’une fois par semaine pendant trois ans et demi, accusés de maltraitance quand elle avait seulement trois mois. Des années de procédure après une hospitalisation à Nancy, en février 2012. À l’époque, l’enfant est somnolente et présente des bleus à l’abdomen. Les médecins y voient des traces de coups. « Pour eux, on était coupables », explique la mère de famille.

France 2 publié le 10/04/2017 | 14:19
Publicités

A propos alautis

vice président Association
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s