Les maltraitances institutionnelles !!

Les mauvais traitements envers les enfants dans un contexte
éducatif dans l’’accueil au sein de la protection de l’enfance.

educ violent

Je vous propose de vous démontrer que l’’on retrouve dans les organisations de
l’accueil (famille d’accueil et foyer) les mêmes types de maltraitance identifiées en milieu familial, parfois même pire.

Dans les situations institutionnel, il y a plusieurs formes de mauvais traitement, violences physiques, abus sexuels, négligences et maltraitance psychologique…. Nous allons vous expliquez qu’il est dangereux pour l’avenir psychologique de l’enfant, si les situations durables s’éternisent au sein d’une institution, qui est normalement rappelons le, la pour protéger l’enfant justement de tout forme de maltraitance.

En premier lieu, l’’enfant suite au placement apparaît en difficulté, en souffrance, sans qu’’une maltraitance spécifique puisse être relevée, mais faut il que le professionnel s’en rende compte. Nous savons que de nombreux enfants placés souffrent avec plus ou moins d’’acuité, et cela de manière durable, et parfois même plus tard dans leur vie d’adulte. Il convient de considérer avec sérieux les effets inhérents à la situation de placement, c’’est à dire notamment ceux liés à la séparation parentale et au changement de contexte de vie, que tout enfant peut pâtir de la séparation d’’avec ses parents, et certainement plus si la vie avec eux avant que l’on enlèvent était idéal, alors que le placement n’aurait pas été souhaitable, car il va aussi rencontrer des difficultés à s’’adapter à son nouveau milieu de vie en famille d’’accueil ou en foyer, ce qui va venir s’ajouter à son mal être.

Cette situation appelle une attention particulière de la part de l’ensemble des professionnels de l’enfance et une action urgente auprès de l’’enfant pour une amélioration de la prestation éducative en direction de l’’enfant et de ses parents souvent mis de coté par l’institution, le soin apporté aux modalités de maintien des liens familiaux pourrait rendre peut être plus supportable pour l’enfant cette souffrance, et amoindrir celle ci seulement si le placement ne perdure pas inutilement dans le temps.

Parmi les maltraitances rencontrées dans les institutions d’accueil il y a notamment la négligence, le délaissement, la sous-stimulation qui correspondent plutôt à des maltraitances par carences, mais aussi les violences banales et ordinaires, la mise de coté de l’enfant lors de repas, le dénigrement de ses parents par la famille d’accueil, les brimades, etc… Dans le champ de l’’abus sexuel il y a l’absence d’intimité lors de soins ou de toilette, et parfois dans les cas extrême, mais il faut le dire, de véritables viols et violences physique, comme l’actualité a pu malheureusement nous le démontrer ces dernières années, au sein même de la famille d’accueil ou en foyer de l’enfance.

violence à enfant

En foyer, la négligence est souvent liée au collectif, aux problèmes de groupe et de pouvoir, des moments de la vie en foyer, dans lesquels les problèmes sont tellement émergeant, que l’éducateur a assez souvent de forte difficulté, voir une impossibilité, à pouvoir s’’impliquer dans la tâche éducative, même face à des situations urgentes et importantes.

Une autre dimension, essentielle, à considérer ici, est la capacité des institutions à pouvoir faire des choix et adopter une stratégie concernant la problématique, fondamentale en foyer, de l’’équilibre entre individualisation et collectivisation de l’’action éducative.

Les éducateurs n’ont pas de temps à consacrer à l’enfant individuellement, alors que l’on ne peu le reproché aux parents et qui est souvent d’ailleurs un motif de placement, d’avoir eu une relation fusionnel avec son enfant.

Les violences graves sont mieux connues et sont souvent les seules formes de maltraitance institutionnelles débattues par les professionnels. Les violences des adultes à l’égard des enfants prennent la forme de pratiques sanctionnantes. Cette situation, caractéristique en cas de vol en collectivité, dont le coupable est inconnu, peut donner lieu à des sévices physiques et psychologiques graves.

Les situations propices à sanctions violentes sont les vols, les fugues, les bris de fenêtres, les affrontements collectifs résidents/éducateurs, etc… c’’est à dire les actions qui paraissent mettre en cause symboliquement la collectivité et sa qualité comme milieu de vie et paraîtrait justifier cette violence institutionnel, pourtant inadapté de la part d’un professionnel de l’enfance.

En ’observant en détail cette crise institutionnelle, avec ses nombreuses violences cela nous a permis de constater d’’une part, une non-maîtrise éducative de la situation, les enfants provoquent les éducateurs qui se laissent prendre, sanctionnent et le système va en s’amplifiant. Un tel comportement, ne peut se développer qu’’en l’’absence d’’une supervision et d’’un contrôle accru du professionnel, lui-même explicable par des dysfonctionnements institutionnelles profonds de l’’établissement.

Le comportement violent des éducateurs évoqué ci-dessus résultait, notamment, d’’une incapacité à gérer les provocations des jeunes sans entrer dans un cercle infernal de punitions-répression, etc…

Ce point souligne la nécessité pour les éducateurs de pouvoir disposer d’’une stratégie éducative adapté et d’une formation poussé permettant de construire et de justifier des pratiques éducatives.

la négligence et la violence au sein des structures d’accueil appellent une remobilisation des professionnels de l’enfance et une remise en cause de leurs pratiques. Les mauvais traitements infligés aux enfants accueillis en foyer ou en famille d’’accueil sont d’’autant plus inacceptables que les violences parentales, qui sont dans de très rare cas à l’’origine du placement.  Je vois pas en quoi on tolérerait plus les violences institutionnels, alors que la majorité des enfants placés le sont sur de simple suspicion et de carence divers souvent non avérés. La prévention de tels violences appelle à une mobilisation des équipes et des dirigeants d’’autant plus que les risques sont accrus ainsi que mettre en place des sanctions des professionnels de l’enfance si le problème persiste. La vie de l’enfant ne doit pas subir l’expérimentation ou l’inexpérience du système de la protection de l’enfance.

les contrôles dans les familles d’accueil et foyer sont trop peu fréquentes et le choix des lieux de contrôle sont parfois trop aléatoire, (une fois tous les 25 ans et ils sont prévenus du passage).

 

Publicités

A propos alautis

vice président Association
Cet article a été publié dans Articles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Les maltraitances institutionnelles !!

  1. Eh oui malheureusement c est le cas ! Pour en avoir été directement victime (sur mon fils) procès de la famille d’accueil le 13 mai prochain avec les médias télévisés et des journaux locaux … J’espère que justice sera faite comme elle se doit sinon je la ferai moi même !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s